Il n’est pas anodin d’organiser une version virtuelle de cette 12ème cette édition. Les circonstances inédites que nous vivons nous obligent tous à nous adapter et à envisager les choses différemment.

Certes l’ambiance conviviale légendaire du FIDADOC ne pourra jamais être remplacée, mais nous ne renonçons pas au plaisir de partager l’amour du film documentaire et de célébrer les auteurs et les réalisateurs.

Parmi eux, nous rendons hommage à notre amie et collègue Dalila Ennadre, qui nous a quittés prématurément cette année. Dalila était une documentariste accomplie qui révélait les héros et héroïnes ordinaires, les gens simples qu’elle savait sublimer, mais aussi les lieux, les moments et les atmosphères. 

Nous présentons en soirée d’ouverture son film « Je voudrais vous raconter » que j’ai eu le plaisir de produire en 2005 et qui m’a laissé des souvenirs inoubliables. Il s’agit de portraits croisés de femmes travailleuses à travers le Maroc, à la suite de la réforme de la Moudawana. Le regard généreux de Dalila sur ses personnages et son besoin de vérité crue, font toute la force de son cinéma. Ses films sincères et courageux vivront toujours pour la raconter.

Nous espérons aussi que le programme proposé dans cette édition spéciale, soit une humble contribution, pour appréhender notre Monde à travers le regard curieux, bienveillant, aigüe ou révolté, des cinéastes sélectionnés. Une offre culturelle riche et variée, pour aider à adoucir ces temps troublés, qui finiront par passer… 

Hind Saïh, Présidente du Festival

Hind Saih

Impossible pour nous de vivre une année « Bla Cinima ».  Sans donner rendez-vous au public du FIDADOC. Sans pouvoir leur dire : « Je voudrais vous montrer ».  

Après avoir longtemps caressé l’espoir d’organiser une tournée de projections à travers le pays, nous nous sommes résolus comme beaucoup de nos homologues à mettre en œuvre une édition 100% digitale, mais surtout 100% FIDADOC. 

Fidèle à son exigence artistique, sa mission de promouvoir les jeunes talents et son identité panafricaine, le FIDADOC 2020 vous propose donc de découvrir une sélection de 12 films tournés sur notre continent et dans le monde arabe, qui seront accessibles en ligne et gratuitement sur tout le territoire Marocain et à travers l’Afrique. 

Le destin veut que cette année sans grand écran nous offre deux films « Made in Agadir », dont la genèse est étroitement liée aux activités du FIDADOC. Deux films qui donnent la parole à des femmes engagées et à l’énergie communicative, comme en écho à la personnalité de la cinéaste Dalila Ennadre disparue en mai dernier, à qui cette 12ème édition est dédiée. 

La seule section compétitive cette année est réservée à des courts-métrages africains qui révèlent la maitrise et le goût du risque de cinéastes émergents que nous espérons accueillir bientôt à Agadir avec leurs prochains films. 

Dans cette période qui invite à la réflexion, nous programmons également deux films projetés et primés lors d’éditions précédentes du Festival, qui apparaissent aujourd’hui presque prémonitoires au regard de l’actualité récente en Algérie et au Mali.

Enfin, dans un monde où la pandémie du Covid-19 fait goûter même aux puissants la limitation à la libre circulation, le FIDADOC réunit trois films « traversés » par l’expérience de la migration et de l’exil. Trois films qui nous font partager la violence à laquelle leurs protagonistes veulent échapper, mais aussi et surtout un formidable élan de vie, cette capacité d’adaptation et de résilience qui existe chez chaque être humain. 

Hicham Falah, Directeur artistique, Délégué général du Festival

Hicham Falah